Visite de l’envoyé spécial français pour l’Afrique sur le changement climatique

Avant la tenue de la 21ème Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CoP21) qui se tiendra à Paris du 30 Novembre to 11 Décembre 2015, l’envoyé spécial français pour l’Afrique sur le changement climatique, l’Ambassadeur Stéphane Gompertz, était au Ghana les 26 et 27 mai.

JPEG - 143.2 ko
Intéraction avec les journalistes

Lors de sa visite de deux jours, M. Stéphane Gompertz a rencontré le Président John Mahama, ainsi que le Ministre de l’Environnement, des sciences, de la technologie et l’innovation, Mahama Ayariga. Il a également rencontré des représentants de l’Agence de Protection de l’Environnement (EPA), des représentants de la société civile, des membres du Parlement, des représentants de groupes de réflexion et des représentants de la communauté des affaires. Les discussions se sont principalement concentrées sur la préparation de la COP21, et sur la contribution du Ghana (appelé INDC) qui représente l’orientation et les efforts que le Ghana se sent capable de faire en terme de limitation des émissions de gaz et l’adaptation vers une économie faible en carbone. Mr Gompertz a également prononcé un discours lors d’une conférence à l’Institut des Affaires Economiques (IEA) sur les « vrais problèmes auxquels sont confrontés le Ghana et l’Afrique dans son ensemble".

JPEG - 123.4 ko
Conférence à l’IEA

En Décembre 2015, la France sera l’hôte de la 21ème Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CoP21). Cette conférence est cruciale car elle doit aboutir à un accord international sur le climat qui permettra de limiter le réchauffement planétaire d’au moins de 2 ° C. Il sera nécessaire de parvenir, en Décembre 2015, à un certain nombre de décisions, se fondant sur le travail effectué au COP20 à Lima.

  • Tout d’abord, un accord ambitieux contraignant sur le changement climatique qui applique à tous les pays.
  • Deuxièmement, les contributions destinées nationales déterminées (INDC) représentant l’investissement que chaque pays se sent capable de faire.
  • Le financement climatique sera également un élément crucial ; à cet égard, une étape importante a été conclu avec la capitalisation initiale du Fonds vert pour le climat, pour un montant de 9,3 milliards de dollars dont près de 1 milliard de dollars de la France.
  • Enfin, les initiatives locales et régionales élaborées par les gouvernements locaux, les organisations et les entreprises de la société civile vont renforcer la mobilisation et compléter les contributions apportées par les Etats.

Comme futur président de la CoP 21, la France a une responsabilité particulière et s’engage à soutenir les négociations. Cela implique de prendre en compte les positions des 196 États signataires placés sur un pied d’égalité, apportant des points de vue rapprochés et permettant l’adoption à l’unanimité d’un accord, et la formation d’une véritable "Alliance".

Qui est Stéphane Gompertz ?

Mr Stéphane Gompertz - JPEG

Stéphane Gompertz, ancien Ambassadeur de France en Ethiopie et en Autriche, ancien Directeur des affaires africaines au ministère français des Affaires étrangères, travaille maintenant en tant qu’envoyé spécial du gouvernement français, pour la sensibilisation et la mobilisation pour le futur accord mondial sur le changement climatique.

Dernière modification : 15/09/2015

Haut de page