Un séminaire sur la vie universitaire en France

Campus France Ghana a organisé, le jeudi 10 mars 2016, à la Maison Française de Legon, un séminaire sur la vie universitaire en France ; l’objectif de ce séminaire est de préparer les étudiants psychologiquement pour la mobilité et les études en France.

JPEG

L’Espace Campus France Ghana qui est en charge de la promotion, de la préparation et de l’accompagnement des étudiants intéressés par les études supérieures françaises, a organisé un séminaire sur la vie universitaire en France. Ce séminaire a rassemblé plus de cent étudiants de différentes universités au Ghana (Legon, Institut de langues, Méthodiste…), en préparation pour le Year Abroad. Cette réunion, qui a duré trois heures, a révélé aux étudiants toutes les contraintes liées à la vie estudiantine en France, histoire de voir, de partager et faire connaitre la différence qui existe entre la vie académique et sociale du Ghana et celle de la France.

L’objectif de cette session, selon Daniel Doe, le coordinateur de Campus France Ghana, « est d’informer les étudiants sur la vie en France et de permettre aux anciens étudiants de partager leurs expériences et de donner des conseils pertinents aux étudiants en cours de préparation pour le Year Abroad ».

Pour y parvenir, une équipe composée d’anciens étudiants de Year Abroad en France et au Bénin, ont également été invités pour partager leurs expériences et vécus personnels afin de donner des conseils avec l’appui du responsable de Campus France Ghana.

Plus d’une heure et demie ont été consacrées aux questions et réponses entres les étudiants et l’équipe des anciens étudiants de France et du Bénin. Cette interaction a apporté une grande satisfaction aux étudiants partant en France

« Grâce à ce séminaire, j’ai pu avoir la réponse à toutes les questions qui me préoccupent ; la vie sociale à Bordeaux, le système d’évaluation, la relation étudiant-professeur, etc. J’ai enfin compris que tout n’est pas rose », a dit Hillary Mensah de Legon.

Pour Amatus Dassah de Legon : « J’ai enfin saisi qu’il est important de savoir gérer sa vie sociale et universitaire, car pour pouvoir améliorer son niveau en langue française, il est impératif de se faire beaucoup d’amis et de parler tout le temps ». Abigail Adjapong a ajouté qu’ « il est important aussi d’avoir un esprit ouvert ».

Dernière modification : 01/04/2016

Haut de page