Rencontres avec les institutions publiques : Soutien aux formations en français [en]

Une rencontre avec les institutions publiques partenaires et bénéficiaires du programme « FSP SIFFLE » a eu lieu le 7 février 2017 afin d’explorer des pistes pour le renforcement de la formation en français langue étrangère dans ces organisations.

Dans le cadre de sa politique de soutien aux initiatives ghanéennes dans le domaine du français, la France a signé le 24 juin 2016 avec le Ghana une convention de financement d’un montant de 700 000 euros pour la mise en œuvre du projet « Soutien aux initiatives de formation en français langue étrangère » (SIFFLE) sur trois ans. Ce projet vise l’amélioration et la consolidation des programmes de français dans trois secteurs : le niveau secondaire (collège-lycée), les universités scientifiques et techniques et le secteur public.

Cette rencontre, organisée conjointement par le Ministère de l’Education, l’Ambassade de France et Ghana Institute of Languages, a marqué le lancement des actions en faveur des institutions publiques partenaires du programme : la Police (Ghana Police Service & Ghana Police Academy), l’organe de contrôle des stupéfiants (NACOB), les autorités portuaires (Ghana Ports & Harbours Authority), le service d’Immigration (Ghana Immigration Service), le Ghana Institute of Journalism ainsi que la Public Service Commission.

Dans son discours d’ouverture, le Conseiller de Coopération et d’Action culturelle, a salué les efforts des institutions concernées et la volonté politique du gouvernement ghanéen à développer et faciliter l’apprentissage de la langue française à différents niveaux de la société, notamment dans le système éducatif et le milieu professionnel. Il a fait remarquer l’attrait et la pertinence de la langue française, qui au delà de ses qualités esthétiques, constituait un véritable atout pour l’intégration régionale.

La discussion, animée par l’Attachée de coopération pour le français, s’est ensuite orientée sur la présentation du programme SIFFLE : objectifs, plan d’action, formations proposées, budget, en mettant l’accent sur la troisième Composante qui vise l’appui aux structures de services publiques pour l’enseignement du français. Les apports des institutions présentes ont été sollicités pour ajuster le plan d’action en fonction de leurs remarques.

Le rôle du Ghana Institute of Languages et celui de la Public Service Commission ont été explicités : le premier étant l’opérateur mandaté pour coordonner le projet et proposer certaines formations, la seconde jouant un rôle de conseil et de décision dans le renforcement du statut du français au sein du service public ghanéen.

La dernière partie de la journée a été consacrée aux rencontres individuelles avec les représentants de chaque institution afin de mieux connaître les particularités liées au contexte et au statut de l’enseignement du français, le profil des formateurs, les besoins en termes de matériel, de ressources et de formation afin de proposer des actions adaptées à chaque institution.

JPEG

JPEG

Dernière modification : 02/03/2017

Haut de page