L’ambassadeur de France rappelle l’importance du rôle des médias lors des élections récentes

Dans le cadre de sa coopération bilatérale en matière de bonne gouvernance et de renforcement de l’état de droit, l’ambassade de France a financé en 2016 à hauteur de 52 000 Ghc (12 000 €), une activité dite de « Promotion des campagnes électorales basées sur les idées et programmes avec des propos décents en vue d’assurer des élections libres et pacifiques au Ghana ».

Media Foundation for West Africa qui a conçu ce projet, est une organisation indépendante à caractère régionale et non-gouvernementale dévouée à la promotion et défense du droit de la liberté d’expression de toutes personnes notamment en ce qui concerne les médias et défenseurs de droits de l’homme en Afrique de l’Ouest.

Le projet a consisté à créer et faire travailler un groupe de « Eminent Media Persons for Peace » composé de journalistes connus et respectés du monde des medias et du public au Ghana. Ce groupe s’est mobilisé en sensibilisant et en rencontrant les propriétaires, les animateurs et journalistes de nombreuses stations de radios dans plusieurs villes du pays, afin de leur transmettre les règles fondamentales du débat politique, démocratique, bienveillant, équilibré, respectueux des différences et non-violent.

Il en va de soi qu’à un moment donné, on s’inquiétait tous de savoir si ces élections allaient se dérouler de manière pacifique ou au contraire connaitre des dérapages violents, dont l’origine aurait pu être de la propagande via les radios partisanes, à l’instar du génocide au Rwanda en 1994. C’est à partir de cette réflexion que i l a été jugé pertinente que cette action soit développée pour veiller au maintien de la paix au Ghana, tout en assurant le professionnalisme des médias avant, pendant et après les scrutins.

Lors du forum, l’ambassadeur de France au Ghana, François Pujolas, en félicitant le Ghana pour son alternance démocratique, a ajouté que la surveillance et la régulation de la radiodiffusion en période de campagne a été un facteur déterminant du résultat pacifique des élections et c’est pour cette raison que la France se félicite d’avoir participé à cette action « Je n’ai aucun doute que ce monitoring des propos haineux y compris les déclarations et réunions avec les acteurs concernés a joué un rôle essentiel dans l’issue non-violente des élections.  » a-t-il affirmé. Conscient du danger de rester complaisant, il a poursuivi : « Je crois qu’il n’y a pas d’élections démocratiques sans les médias libres et pluralistes, mais les médias eux-mêmes doivent faire preuve de retenue et un sens de responsabilités  »

Il a ajouté que la France est fière d’être associée à ce projet médiatique pour maintenir et consolider la paix du pays.

Des prix ont été remis à plusieurs radios qui se sont distinguées en promouvant des programmes favorisant la campagne des idées plutôt que l’abus verbal durant la campagne électorale.

Dernière modification : 09/02/2017

Haut de page