Formation d’habilitaion au DELF

Une formation d’habilitation au DELF – DALF s’est tenue à l’Alliance Française d’Accra du 22 février au 26 février 2016, avec l’objectif de former des professeurs de français au Ghana en tant que correcteurs-examinateurs des épreuves de DELF et DALF mais aussi de renforcer leur connaissance de l’approche actionnelle.

L’institut Français du Ghana a financé cette formation de cinq jours à l’attention des professeurs des universités publiques ghanéennes (Legon, Cape Coast, Winneba, KNUST, UENR, UMAT, UDS) et des Alliances françaises d’Accra et de Kumasi en vue d’obtenir l’habilitation à corriger les épreuves du diplôme d’études en langue française (DELF) et du Diplôme approfondi de langue française (DALF), un diplôme délivré par ministère de l’éducation nationale française reconnu internationalement.

Cette formation intensive a mis l’accent sur les critères d’évaluation des compétences en langue française décrites par le Centre international d’études pédagogiques (CIEP), basés sur le Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL).

Selon Julie Fournier-Angelo, Attachée de coopération pour le français, la formation permettra aussi la mise en pratique des nouvelles méthodologies afin d’améliorer la qualité de l’enseignement du français langue étrangère au Ghana. En effet, l’habilitation à corriger des épreuves du DELF/DALF exige l’adoption de l’approche actionnelle qui met l’apprenant, un acteur social, et la réalisation d’une tâche au centre des apprentissages et ce à travers les compétences de compréhension et de production orale et écrite.

Ingrid Hummel, Directrice de l’Alliance Française de Kumasi et experte formatrice du programme, a dit que la formation donne aux professeurs les outils pour corriger les épreuves du DELF au Ghana, de la même manière qu’en France et dans tous les pays du monde. Elle a ajouté que « afin de réaliser cette objectif, il faut insister sur les nouvelles approches de l’enseignement qui valorisent plutôt les aspects positifs de l’apprentissage, les acquis plutôt que de sanctionner uniquement les manques ».

Selon elle, cette formation constitue un atout important qui non seulement met en évidence le défi de l’enseignement du FLE au Ghana, mais aussi apporte un soutien aux professeurs qui ne ménagent pas leurs efforts pour former leurs étudiants à réellement communiquer en français.

Plusieurs professeurs ont exprimé leur avis sur la formation. Pour eux, c’est une excellente initiative. Evans Kokroko, professeur à l’Université des Mines, Tarkwa (UMAT) a exprimé sa satisfaction : « cette formation donnera un nouveau visage à l’enseignement du français au Ghana ».

« La formation m’aidera à mieux enseigner le cours de Didactique du Français langue étrangères que j’enseigne aux futurs enseignants de la langue française qui vont à leur tour, enseigner » a dit, Sewoenam Chachu (PhD), de l’Université du Ghana, Legon. Elle a ajouté que la formation lui a permis de comprendre en profondeur ce qu’est l’approche actionnelle dans l’enseignement du FLE.

Madeleine Mensah, professeur à l’Université de l’Energie et de Ressources Naturelles, Sunyani (UENR) n’a pas caché ses émotions « C’est une bonne formation qui me permettra de corriger les épreuves du DELF mais aussi de faire connaitre ces niveaux de compétences en langue aux étudiants et plus généralement au public ghanéen ».

Grâce à cette formation, les professeurs habilités pourront corriger les examens du DELF, ont bénéficié d’un renforcement de compétence pédagogiques et le DELF gagnera certainement en visibilité auprès des étudiants de français, spécialistes ou non.

JPEG
JPEG

Dernière modification : 15/03/2016

Haut de page