Dr. John Eleblu Professeur de sciences naturelles à UG et Coordinateur des programmes de recherche de l’Afrique francophone chez WACCI

John Eleblu est diplômé en agriculture avec une spécialisation en sciences de cultures de l’Université du Ghana Legon en 2005. Il a fait ses études de master à l’Université du Ghana en partie, et à l’Université de Cornell aux Etats-Unis pour sa recherche dans le domaine de la génétique et de l’amélioration des cultures. Il a terminé ses études de doctorat en biotechnologie végétale à l’Université de Paris Sud, Orsay (2014), où il a appris le Français et la culture française, études financées en partie par l’Ambassade de France au Ghana.

Aujourd’hui, le Dr. John Eleblu est professeur au Centre de Biotechnologie de l’Université du Ghana et le Coordinateur des programmes de recherche de l’Afrique Francophone à West Africa Centre for Crop Improvement (WACCI). En tant que scientifique, ses objectifs sont d’aider à l’amélioration des cultures des cultivateurs en Afrique ainsi qu’à la formation des scientifiques en génétiques végétale dans la sous-région.

Nous l’avons rencontré dans son bureau à WACCI.

JPEG

Ambassade de France : Bonjour Dr. Eleblu. Pour vous la France c’est quoi ? Qu’est-ce qui symbolise la France pour vous ? Lorsque vous entendez “France”, à quoi pensez-vous ?
Dr. Eleblu : le chocolat, le fromage, les gâteaux, le bon vin, la langue française, le café, le travail et l’efficacité. Je pense souvent au PSG, et à la devise nationale : liberté, égalité, fraternité.

La France au Ghana, ça représente quoi pour vous ? Sentez-vous la présence de la France au Ghana ?
Ca représente l’éducation. Oui, je sens la présence de la France, mais pas régulièrement

Votre activité a-t-elle un lien avec la France ?
Oui bien sûr. Je suis actuellement le coordinateur de programmes de recherches pour l’Afrique francophone donc je communique en français. Je travaille aussi avec l’Union Européenne au sujet de financements pour nos recherches. Je travaille également encore avec des scientifiques en France.

Vous étiez donc en France pour vos études de doctorat. Quelle est votre expérience de la France ou avec la France ?
C’était superbe, merveilleux… je me sentais chez moi, je vois la France comme mon deuxième pays. Quand j’étais en France en tant qu’étudiant, les professeurs et le personnel étaient sympas, ils étaient toujours contents de nous avoir à leurs côtés, les gens que j’ai eu à côtoyer étaient très accueillants.

Quelle est votre vision de la relation entre la France et le Ghana ?

C’est une très bonne relation, je pense que la France travaille beaucoup au Ghana, mais la population est moins informée de ses actions. Donc je pense qu’elle doit faire mieux, se servir de nous en particulier comme ambassadeurs auprès de la communauté ghanéenne. Par exemple, l’Institut Français du Ghana doit nous aider à intégrer le français dans les programmes de master et de doctorat surtout pour les étudiants ghanéens de notre centre.

Quels messages avez-vous pour les jeunes étudiants ghanéens, les apprenants, futurs apprenants de la langue française ainsi que ceux intéressés par des études supérieures françaises ?
Je recommanderais les études supérieures françaises ou la langue française à n’importe quelle personne, sans hésiter, parce que quand j’étais en France, j’ai appris de nombreuses choses y compris le français que je parle aujourd’hui, et j’en suis fier, car cette langue joue un rôle important dans ma fonction en tant que coordinateur de recherche de l’Afrique francophone. J’aimerais demander à l’Ambassade de France de nous aider à toujours mieux intégrer la langue français dans notre programme. Merci.

Dernière modification : 21/03/2016

Haut de page